Chapitre 1 – A long long time

Hey, ici relaté les trucs que va vous raconter le mec juste en dessous mais qui la semaine prochaine ne dira plus rien, non pas qu’il va se faire flinguer mais plutôt que ce seront d’autres mecs et d’autres meufs qui diront des trucs.

Vous savez, sans compter la cage d’escalier je suis sorti de chez moi pour faire entre 500 et 600 mètres aujourd’hui. A la première moitié du chemin j’étais déjà pas vraiment emballé étant donné que je partais renouveler l’assurance de ma bagnole et j’aime pas vraiment tout ce qui touche à la paperasse. Sur le chemin du retour j’avais encore plus le cafard parce que mes chaussures toutes neuves avaient marché dans une crotte de chien, vous imaginez une crotte de chien en 300 mètres ? Ça vous fait rentrer chez vous à cloche pied.

Quand vous tapez Comment nettoyer une crotte de chien sous sa chaussure neuve sur Google vous trouvez pas vraiment de solution miracle. Entre les Je me sers de la langue c’est déjà digéré ya qu’à avaler et les je marche pieds nus lol, j’ai opté pour la brosse à dents mais ça c’est pas du neuf, comme idée. Après ça j’ai recousu mon jean, mon entre jambe a affaire à une saleté de trou immortel depuis un moment, alors quand je me sens un peu spirituel je le rafistole un peu histoire de pouvoir le porter un peu plus longtemps. Je l’aime bien ce jean et on pense à plein de belles choses quand on coud. Comme j’avais pas dormi la nuit d’avant j’imagine que le sentiment du travail bien fait qu’on a après le nœud final m’a bien eu alors j’ai roupillé, en espérant ne jamais être de ces gens sur les forums.

 

Le lendemain, je suis allé voir Michel parce qu’il m’avait appelé (et réveillé) pour me dire qu’il avait un truc vraiment top à me montrer. Il devait être dans les six heures quand je suis sorti de chez moi et je me demandais bien ce que ça pouvait être ce truc. Ce gars-là passait ses nuits à traficoter tout un tas de choses dans la rue mais j’ai jamais vraiment su quoi, quand on lui demandait, il répondait tout un tas de choses. Je sais que pendant ses escapades nocturnes il allait souvent se baigner chez la mer et que parfois il baise avec des filles sur la plage au clair de lune mais j’en sais pas trop plus là dessus, il aime bien être seul et garder ses secrets avec les étoiles, le Michel.

Alors là, devinez ce que cet enfoiré était en train de faire quand je suis rentré dans son garage ? Dans sa main droite il avait sa chaussure gauche et dans son autre main il avait une brosse à dent. Elle est incroyable cette ville, même si elle est du genre assez propre avec une population de crottes de chiens relativement basse, on passait notre temps à leur marcher dessus. Ces vieux cabots c’était des snipers, ils savaient exactement où poser leurs coquilles pour qu’on marche dessus, là je parle de la bande qui traîne vers le vieil entrepôt où on n’y entrepose plus rien. C’était une horde d’une douzaine de chiens errants qui se baladaient en ville et qui devaient être là depuis que je suis gosse j’ai l’impression, nous on les appelle la bande des increvables. Tout le monde les connaît un peu ici et personne ne fait rien pour leur trouver une maison, mais cela dit personne s’est jamais plaint d’eux. Même nous qui à cause d’eux devons acheter deux fois plus de brosses à dents on leur en veut pas tant que ça, on essaie de faire attention où on marche mais c’est pas évident : si vous faites attention vous verrez pas une seule crotte à l’horizon même si vous marchez des heures alors vous vous lassez, et là ça vous tombe sous le pied d’un coup, la crotte. Michel il s’en occupe pas mal de ces bestiaux, la nuit il va les voir à l’entrepôt parfois et il leur donne à manger. D’ailleurs il est pas le seul on est beaucoup à leur filer des restes, moi je leur ai acheté un paquet de croquettes une fois quand j’ai remarqué qu’on voyait plus l’un d’eux depuis un moment, ça m’avait rendu un peu triste et je me disais qu’eux aussi ils devaient être tristes, les increvables-qui-crèvent-parfois.

Enfin bon, j’étais dans le garage à Michel, un gros merdier son garage. Ses parents le laissaient mettre ce qu’il voulait dedans, c’était un peu à lui. Alors en ce moment il y avait 3 espèces de moteurs de bateaux, une machine à pop-corn et l’écriteau d’un vieux bar tout pourri avec les lumières qui marchent, ça donnait envie d’aller chez Moe. J’ai pas eu le temps de voir toutes les nouveautés j’imagine, il m’a vite sauté dessus. Il était plutôt agité, et avec les mille et une merdes qu’il avait dans son garage celle-ci devait pas vraiment être comme les autres, pour qu’elle puisse l’exciter à ce point.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s