Fajãs de São Jorge – Carnet de Route

Quand j’étais petite, j’aimais partir à l’aventure, construire des cabanes, me perdre dans la forêt, manger des fraises des bois et sauter dans les flaques pour éclabousser mes sœurs. Aujourd’hui, j’essaie de faire tout ça, mais en voyant les choses en grand, alors dès que je peux, je prends une tente sous un bras, et un sac à dos sous l’autre. Et dans celui-ci, j’y glisse deux ou trois appareils photos et quelques carnets de route. Ici, je vous raconterai certaines histoires de mes périples, issues de mes carnets d’enfance. Vous vous doutez, quand on est jeune, il nous arrive de tout exagérer et imaginer que tout est plus grandiose, surtout quand on vient de Provence, alors vous me pardonnerez si je retranscris rêveusement mes pensées. J’avais déjà tendance à romancer tous mes mots, mais sans romance, le monde est moins beau.


1er août 2017 – Açores

On est parti 3 semaines aux Açores, un archipel d’îles au milieu de l’océan atlantique. On louait une voiture sur chaque île qu’on traversait. On était le 1er août, et c’était la troisième île qu’on visitait : São Jorge, l’île la plus verte et la plus sauvage.

On avait une randonnée assez épuisante mais incontournable en vue pour la journée. Après un petit déjeuner à base de jus de fruit et de sandwich au gouda et au jambon en provenance d’une petite épicerie douteuse, on avait pris la voiture.

Aux Açores, et surtout sur l’île de São Jorge, il existe un phénomène naturel qui s’appelle des « Fajãs ». Le Routard vous expliquera mieux que moi :

« On en compte plus de 70 sur à peine 243 km2. Paysage emblématique de São Jorge, les fajãs ponctuent le rivage de l’île. Ce sont des surfaces de terre planes en bord de mer, situées au pied d’imposantes falaises et s’avançant dans l’océan. Ces formations géologiques singulières, qui évoquent des becs de canard, résultent de flux de lave entrés dans la mer, ou d’éboulements de terre et de rochers dus à des secousses sismiques ou à l’érosion. »

La fajã où nous allions s’appelait la « Fajã Dalém » et c’est une des plus belles randonnées de l’île. 45 minutes de descente, au lieu de 2h, c’est que les Gauer ils ont les mollets solides. Le paysage était magnifique, l’océan en face, des fleurs de toutes les couleurs. Un décor qui me rappelait un peu la Martinique.

Il faisait vraiment très chaud, et il était presque midi. On a pris des feuilles d’inhame pour faire des ombrelles, c’est bien cliché. Vous savez, ces grandes feuilles arrondies en forme de cœur. D’ailleurs, l’inhame c’est un légume-racine, et c’est vraiment très bon. Le goût se rapproche de la patate douce.

Après avoir descendu cette immense falaise, nous sommes arrivés sur la fajã, plane, calme, déserte. Il y avait encore des maisons. Auparavant, des villages entiers se situaient sur ces terres, mais à cause des montées d’eau de la mer, et de la difficulté d’accès au reste du monde, les gens sont partis au fur et à mesure. Pour vous dire, les agriculteurs font encore brouter leurs bétails, donc vaches et moutons, sur ces fajãs, qu’ils montent et descendent de la falaise par une tyrolienne. Pratique tous les jours j’ai envie de dire.

Il y avait des petites cascades, et un genre de ruisseau qui se transformait en piscine naturelle à un endroit. On a mangé dans l’herbe et on s’est baigné. Mais, le calme avant la tempête (kikoo forever) : une fois descendus, il fallait remonter ! 430 mètres de dénivelé, je ne sais pas si vous imaginez, mais c’est énorme, surtout quand tu as la flemme. C’était joli mais vraiment fatiguant. La chaleur empirait tout.

Je suis tombée avec mon appareil photo dans la terre, et je me suis tordue le bras et l’épaule (fragile). J’ai écrit dans mon carnet « l’appareil n’a rien » : ça montre vraiment les priorités au moins. On est remonté par la route jusqu’à la voiture, et on a bu une bière dans un bar.

Morale de cette histoire : « Si tu descends, tu trouveras le paradis. Si tu remontes, tu trouveras encore mieux ». – Pauline Gauer, 2018. Merci à tous.

Pauline Gauer – Carnet de Route

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s