En tournée – Chronique de l’an 2000

 

Tout d’abord bonsoir. Vous avez des aprioris et c’est tout à fait normal. Vous n’allez pas avoir envie de lire ce que je vais écrire, mais vous allez le lire et vous allez avoir envie de le relire. Un jour j’irais vivre en Alaska, je tiendrais le premier ranch de chevals de neige et je prendrais mon hydravion une fois par mois pour me rendre au Costa Rica manger une ou trois crêpes. En attendant j’ai une vie tout à fait normale et inintéressante que je rends intéressante en la vivant. Je ne vais pas faire que la raconter, je vais surtout l’adapter, pour que vous vouliez que mes 27 ans soient repoussés tous les ans. Ciao en italien, hasta mañana en espagnol, chaque semaine en français.


Je vais dans des villes différentes, j’essaie d’en découvrir le plus possible. On pourrait croire que je fais ça parce que je suis le numéro 3 français de ma catégorie – de 20 ans en tennis. On pourrait croire que je fais ça pour visiter, par amour du tourisme, à la recherche de nouveaux points de vue, de meilleurs musées. Evidemment, ça va vous surprendre, mais c’est pas tout à fait vrai. C’est à 67% vrai disons.

Le dernier tiers de cette statistique. Vous voulez savoir ce qu’il représente ? Vous savez que je n’ai pas de maîtresse dans toutes les villes. Vous imaginez que je n’ai pas un pied à terre dans chacune de ces villes. Alors quoi ? Vous voulez savoir maintenant. Ou alors vous avez arrêté de lire cette chronique je considère ça comme quitter un goûter d’anniversaire plus tôt quand on a 7 ans mais c’est votre choix et c’est la démocratie.

Si j’étais une chaîne de télé, c’est le moment que je choisirais pour envoyer un page de pub. Faites un effort, imaginez des bagnoles, des shampoings, des parfums et des annonces d’évènements sportifs.

La pub est passée, ouf. C’était pas des bonnes pubs. Désolé, c’est la règle. Alors voilà, quand je bouge d’une ville à l’autre, c’est pour voir les prix de mes pizzas préférée dans les grandes surfaces. Voir où elles sont le moins cher. Peut-être que la mondialisation a oublié de faire les mêmes prix partout.

C’est peut-être la recherche éternelle de ce qu’il y après. De la ville suivante. Du prochain regard de la prochaine caissière. Je marche super longtemps, j’attends la prochaine pizza, la prochaine fois.

En tournée ce pays qu’on appelle la France, comme une rock-star de l’imprévu.


Processed with VSCO with e6 preset

Josh – Chronique de l’an 2000

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s