Jim et la traversée, numéro 9

Par moment j’ai envie de vous dire des trucs, alors ça sera parfois léger et parfois plus sérieux. Ça sera comme si je vous envoyais un mot dans notre grande classe de ce2 qu’est la vie. On essaiera de ne pas se faire avoir par la maitresse d’accord ? Bacioni

 

Un jour Jim a traversé un océan entier à la nage. En fait c’était sur un minuscule radeau et pas à la nage. C’était à l’époque où les compagnies de bateaux et d’avions appliquaient des tarifs complètements fous pour les gens honnêtes comme vous et moi. En plu ça tombait à un moment où Jim ne roulait pas sur l’or puisqu’il était lui aussi honnête.

Comme vous le savez, Jim n’est pas du genre à se laisser faire.

Il était en Europe à ce moment là pour répondre à diverses accusations de braquages de boulangeries qui remettaient sérieusement en cause son honnêteté. Mais il avait été relaxé et cherchait donc à rejoindre les Etats-Unis où il était invité à l’anniversaire d’un mec avec qui il avait démoli des pizzérias clandestines pour une mafia.

Il a alors construit un radeau digne de ce nom. Vraiment esthétiquement, il n’y avait rien à redire c’était un beau radeau. Si vous aviez vu ce radeau vu auriez compris ce que je veux dire. Enfin voilà, parfois on préfère décider de traverser l’océan avec un radeau-très-beau-mais-rien-ne-dit-qu’il-flotte plutôt que d’aller en cours avec un-bus-scolaire-qu’on-est-sûr-qu’il-emmène-nulle-part.

Construire un bateau c’est comme faire une cabane et allumer un feu dans la nature, c’est enfantin mais marrant mais comme c’est enfantin il faut pas le faire sinon on se fait virer de son travail et notre femme dit qu’elle a la migraine et qu’elle connait des mecs beaux. Jim n’en a rien à fouttre.

Pour son bateau il avait choisi du bois flotté pour être sûr que le bois avait de l’expérience de flottaison. Comme dans les offres d’emplois quand ils disent « expérience exigée ». Il a eu du mal à passer les premières vagues mais personne n’était là pour le regarder puisque c’était un jour d’école. Au bout de quelques heures il ne voyait plus la terre ferme. Premier problème : il a eu envie de faire pipi. Il a donc cherché des toilettes avant de se dire qu’en fait il pouvait faire pipi dans la mer. Après il a pêché.

Il avait de l’eau douce et tout ce qu’il faut pour tenir une traversée. Il pêchait pour se nourrir et avait emporté un casse-tête chinois et les œuvres complètes de Rimbaud pour passer le temps. Pendant la traversée, il vit presque toutes les espèces marines possibles. Quelques-unes manquaient à l’appel, vous savez pourquoi.

Sur des milliers de nœuds une baleine avait décidé de le suivre comme son petit avant de retrouver son vrai petit, elle était chouette et elle le protégeait comme l’étoile du berger, elle s’appelait Boréale. Lui parler lui a évité de devenir fou d’après ce qu’il m’a dit. Parce que traverser un océan c’est une activité solitaire mine de rien. Et pourtant Jim s’y connait en solitude.

Il vit aussi trois bateaux de pêcheurs qu’il tenta de couler et 2 tempêtes qui tentèrent de le couler. Il venait de résoudre le casse-tête chinois quand il s’échoua par on ne sait quel courant sur les berges de La Nouvelle-Orléans, Louisiane.

Ça tombait bien, l’anniversaire de son ami c’était à Bâton-Rouge, Louisiane. L’anniversaire avait été annulé mais au moins il était sur place.   

Processed with VSCO with e6 preset

Arthur – Chronique de sous la pluie 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s