« iel » , Pronom de l’avenir ? – Dossier

Depuis quelques années, la communauté transgenre sort de l’ombre et tâche de trouver une place dans la société française, où les notions de masculinité et de féminité y sont très ancrées. De plus en plus nombreux à l’assumer, ils essaient aujourd’hui de faire entendre leur voix. Bien que les chiffres ne représentent rien, et que ce n’est pas ce qui compte dans ce débat, le Conseil de l’Europe a estimé en 2014 qu’en moyenne à la naissance, un enfant sur 500 serait transgenre. Soit environ 1,5 millions d’européens. Malgré ce nombre important, la communauté trans a du mal à être acceptée dans les mœurs de la société actuelle.

L’une des difficultés des personnes transgenres est de faire face à l’absence de neutralité dans le langage français, et devoir accepter d’être associées à une personne de sexe féminin, ou une personne de sexe masculin. Pour remédier à cela, de nombreuses adaptations de la langue ont été mises en place, pour lesquelles la communauté trans tente de lutter.

Dans cet article, il n’est pas question de l’écriture inclusive, qui vise surtout une démasculinisation de la langue plutôt qu’une neutralité : les défenseur.e.s de la langue française en sont ravi.e.s. Nous allons plutôt parler des pronoms neutres ou non-binaires en français, de nouveaux néologismes.

Le pronom le plus courant reste “iel” (ou yel). Il peut être utilisé pour parler d’une personne en général, visant par exemple un métier ou un passant, et non quelqu’un de concret, ou pour définir une personne non-genrée. Pourtant, ce nom ne convient pas à tout le monde, par sa ressemblance encore trop visible avec les pronoms “il” et “elle”. Il existe aussi des pronoms un peu plus différents : ul, ol, ael, im et em, ille et el.

Il est aussi possible d’utiliser les accords en -ae ou -t, avec par exemple : “yel est fascinae par la pluie” ou “ille est allet en cours ».

De même, un mélange de genres est quelquefois utilisé, comme dans les phrases “C’est un aventurière” ou “c’est une aventurier”.

Bien que l’initiative soit pertinente, il est sûrement trop compliqué pour l’instant d’appliquer de telles modifications de la langue française. Je ne crois pas que ce soit une histoire de discrimination, mais avant tout une question d’habitude et de facilité. Une langue fait partie du patrimoine culturel d’un pays, et il est difficile de faire changer sa forme. Certains expriment alors leur mécontentement, afin de préserver cette langue, qui perd d’ailleurs de sa richesse au fil des années. Il semble compréhensible que des puristes s’y opposent.

De plus, il est réel que l’on cherche la simplicité. Cela se manifeste par des abréviations, ou comme lors de la réforme de l’orthographe proposée par le gouvernement en 2014, qui consistait à simplifier certains mots. Oignon peut désormais s’écrire onion, le monde est alors sauvé. Outre la facilité qu’ils peuvent apporter aux anglophones dans leur apprentissage de la langue française par exemple, les pronoms neutres ne sont qu’un “effort” de plus. Lorsque l’on écrit ainsi, chaque pronom, nom, verbe ou adjectif doit être adapté en version neutre. De plus, n’est-ce pas moins agréable et plus compliqué à lire qu’un texte avec des pronoms genrés ?

En dehors de cette histoire d’esthétisme bien futile, je trouve cette démarche pertinente, et défend la reconnaissance de la communauté transsexuelle, souvent délaissée. Peut-être faudrait-il commencer par accepter qu’un être humain n’est pas forcément une femme ou un homme, et toute l’image que cela représente derrière ? Peut-être faudrait-il proposer d’autres possibilités sur les papiers d’identité par exemple ? A commencer par les sexes neutres et les agenres, pour lesquels c’est encore moins un choix.


Processed with VSCO with e6 preset

Pauline Gauer – Dossier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s