XX5 – Georgio – Culture Collective

Georgio a sorti XX5 (25) car Georgio a déjà 25 ans, mais il n’a rien perdu de sa fougue, de son envie de croquer la vie et de dévorer la Terre. A travers son rap à la fois agressif et mélancolique, ses textes à la fois personnels et universels, il se réinvente encore et offre à son public un des albums les plus aboutis de l’année. Ses vieux démons chassés, Georgio aime la vie et nous le montre.

Sur des prods variées (avec une étonnante collaboration avec Vladimir Cauchemar notamment) mais qui forment un ensemble uniforme et à travers des feats bien sentis, il s’inspire de sa vie, ses amis, ses rêves et même de son nouvel amour et nous livre XX5. Georgio est bel et bien « dans son élément ».

Tristan Ribault 


J’roule Numéro 8 sur l’album.

Pour moi on peut retrouver tout ce que j’aime chez Georgio dans ce seul son placé au milieu des 18 titres, place stratégique à la Macron. Une prod super mélodieuse, un Georgio qui joue non seulement sur le côté tranchant de son rap pour donner du rythme et de la puissance mais qui sait aussi ralentir le rythme et s’adoucir pour donner du relief et de l’émotion, puis des paroles solides, cohérentes et efficaces.

Diego Zébina


Album rap s’il en est, réinvention permanente avec des instrumentaux d’une qualité rare dans le rap contemporain. Un flow aiguisé et en perpétuelle reconquête des mots de cette langue à part qu’est le scandé rapistique et des thèmes qui claquent dans une couleur inédite encore. 

Georgio a grandi, depuis les premiers eps, enregistrés en vitesse, il y a quelques années. Et puis nous aussi avec, forcément. Donc on le connait mais je crois qu’il nous connait aussi. Tous. Il sait comment nous ambiancer, quel que soit le mood. Il connait les questions qu’on se pose. Comme quand il pose les bases dans Aujourd’hui, 3ème son : « Chercher l’bonheur est irréel / Il est dans l’effort il est dans les actes » ou encore qu’il décide de réinventer sa vie, une fois, dans ce son, avec un refrain qui sonne comme un nouveau départ : « Sous les néons, reste en vie / Les démons, les dandy / Je ne veux plus vivre la nuit / Tout doit changer aujourd’hui ». 

Et sur ce qu’est devenu sa vie, Georgio se la joue Martin Eden, notamment dans Haute Couture (14/18) « J’suis qu’un gosse maudit, j’rêve de grosses coupures / J’ai des p’tites balafres, j’avance dos au mur / Ma jeunesse entière, c’est d’la haute voltige, au fond du puits / J’t’ais pas l’gosse prodige, maintenant, j’lis des poèmes pour la haute couture ». 

Bref, dans cet album, Georgio est à la croisée des chemins entre ce qu’il a fait, et ce qu’il va faire. Il est peu question d’amour par exemple, comme ça avait parfois été le cas. La dépression semble le laisser tranquille, parce qu’il est occupé. Il évoque ses amis, ses repères. Et follement, il rappe l’avenir, celui de sa génération, notre génération, qui doute. 

Arthur Guillaumot


1 comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s