Les Zwarte Piet, une tradition raciste ? – Dossier

Hier, 5 décembre, c’était la Saint-Nicolas, une fête célébrée dans de nombreux pays d’Europe. Aux Pays-Bas, le “Sinterklaas” est une célébration quasiment nationale. Quelques semaines avant le 5 décembre, Saint Nicolas arrive sur les côtes dutch en bateau à vapeur, depuis l’Espagne. Avec ses nombreux assistants, il distribue des cadeaux et des friandises: une fête similaire à Noël en France.

Cependant, depuis octobre 2013, cette célébration suscite de vives polémiques aux Pays-Bas. Selon leur tradition, l’assistant de Saint Nicolas est le Père Fouettard, personnage mauvais apparenté au Diable, qui mange les enfants. Il est surnommé Zwarte Piet, qui se traduit littéralement par “Pierre le Noir”.

Où est le problème ? Les Zwarte Piet ont le visage maquillé en noir, et les lèvres grossies et peintes en rouge, une coiffe afro, des boucles d’oreilles et un costume médiéval, rappelant le temps des esclaves dans les colonies néerlandaises, au Surinam par exemple. De quoi susciter une interrogation sur l’utilisation du black face. Selon la tradition, ces hommes aideraient Saint-Nicolas à distribuer des cadeaux en passant par les cheminées. Ce qui expliquerait la couleur de leur peau, due à de la suie. Pourtant, cette tradition rappelle bizarrement l’époque coloniale, et perpétue une vision raciste et stéréotypée du peuple africain et des personnes d’origine africaine qui apparaissent comme des sortes d’esclaves, de serviteurs, aux allures naïves et stupides.

Célébration de la Saint-Nicolas et de ses Zwarte Piet

A la suite de réclamations envoyées par certains habitants au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, celui-ci enquête sur le véritable sens de ces déguisements. Une partie de la population néerlandaise et belge se mobilise alors pour maintenir ces pratiques, qui selon eux, sont un élément essentiel de leur culture. Le Parti pour la liberté (Partij voor de Vrijheid), parti d’extrême-droite hollandais, tente de déposer un projet de loi afin de sanctuariser la couleur de peau noire du Zwarte Piet, en vain. Au même moment, des mouvements de luttes contre les discriminations naissent, et militent pour l’interdiction du Zwarte Piet dans les lieux publics.

Aujourd’hui, malgré les protestations de plus en plus importantes, la célébration de la Saint-Nicolas accompagné de ses serviteurs noirs perdure.

Emma, étudiante néerlandaise, a accepté de nous donner son opinion concernant cette fête :

“Zwarte Piet is a Dutch tradition. The zwarte piet comes from the celebration sinterklaas which is celebrated on the 5th of December. Sinterklaas was a holy person who saved (dark) children from child labor and took them as his employees, so they would work for him and they would get rewarded for that. The sinterklaas saved these kids from slavery. So I think it’s something nice. It’s the people from this era that started making trouble out of it. Furthermore I was born on curaçao in the Dutch Caribbean, there they celebrated sinterklaas as well. Fun fact, when a dark person played sinterklaas they painted him white. On top of that, I know that people there like to celebrate it as well. I do understand the people that are against it but, because they have probably been called zwarte Piet themselves. But as I already said, it comes from a man that had a good heart and wanted to save these children from slavery by putting them in paid labor. Offering them a job and a better life”

“Zwarte Piet est une tradition hollandaise. Il provient de la fête de la Sinterklaas qui a lieu le 5 décembre. Saint-Nicolas était une personne sainte qui sauvait les enfants (noirs) du travail des mineurs et les employait, afin qu’ils travaillent pour lui, en étant récompensés pour cela. Les Saint-Nicolas a sauvé ces enfants de l’esclavage. Donc je pense que c’est quelque chose de bien. Ce sont les gens de notre époque qui ont commencé à créer des problèmes. De plus, je suis né à Curaçao dans les Caraïbes hollandaises, où on célébrait aussi les Sinterklaas. Et Fun Fact : quand une personne noires jouait au Sinterklaas, il est maquillé en blanc. Et puis, je sais que les gens là-bas aiment aussi le célébrer. Je comprends les gens qui s’y opposent mais, parce qu’ils ont probablement été appelés Zwarte Piet eux-mêmes. Mais comme je l’ai déjà dit, cela vient d’un homme qui avait bon cœur et qui voulait sauver ces enfants de l’esclavage en les mettant au travail. Leur offrir un emploi et une vie meilleure”

Afin de connaître plusieurs points de vue sur le sujet, nous avons aussi interrogé Elena, Lola et Aurélien, trois étudiants français en Erasmus à La Haye aux Pays-Bas :

“Je suis un peu mitigée parce qu’à la base les Black Piet s’occupent de distribuer les cadeaux en passant par les cheminées, et c’est pour ça qu’ils ont la peau noire. Sauf que le problème c’est qu’ils sont quand même vachement noirs, et leurs lèvres sont en rouge donc il y a quand même un problème. D’un côté je me dis : Pourquoi on est obligé de les maquiller autant vu qu’ils passent par les cheminées ? On peut très bien mettre juste un peu de cendres sur leur visage. D’un autre côté, c’est une tradition qui n’est pas non plus raciste à la base. Alors est-ce que l’on essayerait pas de chercher des problèmes partout ?” – Elena 

“J’ai été surprise par cette tradition, mais par rapport à l’histoire des Pays-Bas, cela ne m’a pas choquée. A la question “Est-ce que l’on devrait stopper le Zwarte Piet ?”, je répondrais non, mais je pense que la tradition devrait changer. Les acteurs devraient arrêter de porter du maquillage noir et rouge. A partir de là, la tradition restera et cela arrêtera le débat sur le racisme de cette fête.” – Lola

“Pour moi, si je sais pas qu’il y a une intention raciste derrière, être déguisé en noir ça ne veut rien dire. Tu peux faire ça pour représenter, combattre une cause, ou tout simplement incarner un personnage. En tant que personne lambda, ça ne me choque pas.” – Aurélien

Faut-il arrêter de voir le mal partout ? Dans une époque où le black face est interdit, il vient à se demander si cette tradition n’en est pas un exemple. Mais un problème persiste : il est difficile de changer les traditions, parties intégrantes d’une culture ou d’une peuple. En revanche, les protestations actuelles, renouvelées tous les ans, permettront peut-être de trouver un entendement entre la tradition et l’époque dans laquelle nous vivons.

Protestations anti-Zwarte Piet


Processed with VSCO with e6 preset

Pauline Gauer – Dossier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s