La rentrée des racistes – Edito

En quelques années, les racistes décomplexés ont réussi à faire croire à tout le monde qu’ils étaient minoritaires. Qu’ils étaient censurés par une forme aboutie de bien-pensance. Pourtant c’est eux qui imposent les thèmes qu’ils choisissent sur le débat public. Depuis la rentrée, on ne voit qu’eux. Oui la gauche est dans le coma et le gouvernement rentre dans la danse des thématiques douteuses. Mais depuis la rentrée, il y a vraiment de quoi s’inquiéter. 


Une victoire courte mais une victoire quand même aux élections européennes fin mai pour le Rassemblement National leur promettait une pause estivale tranquille. Mais la rentrée doit dépasser leurs espérances. 

Un sondage Odoxa-Dentsu-Consulting, daté du 1er octobre annonce que 57% des sympathisants Les Républicains sont favorables à des alliances avec le Rassemblement National. La bête repoussante n’est plus repoussante. 

On ne parle que d’Eric Zemmour depuis quelques semaines. Nombreux sont ceux qui l’imagine en chef d’une large coalition de la droite qui pue. Condamné pour provocation à la haine contre les musulmans, il fait l’actu. Il renchérit à la convention de la droite ? On le diffuse en direct. Ces derniers jours, il a retrouvé l’antenne sur CNews et s’en donne à cœur joie. Des gens, avec beaucoup d’argent, sponsorisent ses propos. Qu’on soit clair, nombreux sont ceux que son débit d’atrocité arrange, il n’y a qu’à voir les audiences. Eric Zemmour n’est pas élu pour dire ce qu’il dit, si on ne le regarde pas, si on n’en parle pas, il n’existe pas. Comme un mauvais personnage dans une série B qui surenchérit toujours pour trouver sa légitimité. Alors il hait plus fort pour qu’on le remarque. 

« En France comme dans toute l’Europe, tous nos problèmes sont aggravés -je ne dis pas créés- par l’immigration: école, logement, chômage, déficits sociaux, dette publiques, ordre public, prisons, qualifications professionnelles, urgences aux hôpitaux, drogue… Et tous nos problèmes aggravés par l’immigration sont aggravés par l’islam. C’est la double peine »

Eric Zemmour à la Convention de la droite, le 28 septembre

Zemmour se vautre dans ce nouveau pathétique débat sur le voile. Le voile ? Un député du Rassemblement National, Julien Odoul, a demandé devant une assemblée à une maman accompagnatrice d’enlever le sien. Un bon vieux débat sur le voile. Et la grande clique des racistes qui viennent débiter des horreurs partout. Yves Thréard, le directeur adjoint de la rédaction du Figaro déclarant sur LCI qu’il déteste la religion musulmane, se vantant de descendre du bus quand il y voit une personne voilée. Et c’est la surenchère pour exister dans le débat du vide des chaînes 24/24. La haine à toutes les heures. 

Je déteste la religion musulmane

Ça m’est arrivé, en France, de prendre le bus ou le bateau avec quelqu’un qui avait un voile et je suis descendu

Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du Figaro, lundi 14 octobre

Sur le voile, la mécanique rodée de La République En Marche trébuche, personne n’est d’accord. Mais de céder aux thématiques imposées par l’extrême droite, voyez-vous, ce n’est jamais bon signe. 

Blanquer, pour qui les petites filles sont scolarisées plus tard que les petits garçons à cause du fondamentalisme islamiste. 

La question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas. Les bourgeois n’ont pas de problème avec cela : ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec

(l’immigration, ndlr)

Emmanuel Macron, devant des parlementaires, mi-septembre

Comme toujours au sommet de l’Etat, on se voulait lucide. L’envie brillante de s’emparer de la question pour draguer tout un éléctorat, selon une méthode vieille comme la politique. Ça a eu pour effet d’ouvrir la boîte, de déchaîner les enfers, de cautionner les racistes, les islamophobes, les apeurés effroyables, les laids de trouille, les faces tordus de haine. 

On a les thématiques qu’on mérite non ? Et celles auxquelles on choisit d’accorder de l’importance au sommet de l’état. Un bon vieux débat sur l’immigration. À chaque fois qu’un gouvernement ne sait plus quoi inventer pour cacher ses limites sur tous les sujets, il le ressort. On finirait presque par croire qu’il y a un problème avec l’immigration dans ce pays. Mais nan.

N’oublions pas, n’oublions jamais, que la France ne s’est pas honorée, au contraire pendant ce qu’il a été convenu d’appeler la crise des réfugiés en 2015. Même respecter les quotas, ça n’a pas été une évidence. Et maintenant ? Des Aquarius qui ne battent pas pavillon français, des bras de fer de celui qui n’accueillera pas de naufragés avec l’extrême droite italienne ? Voilà où on en était resté, avant la rentrée.

On perd du temps avec ces débats minables et lâches. On perd du temps à donner la parole à des députés de la nation qui croit bon d’humilier une mère de famille devant son fils. On s’éloigne des sens. Qui d’eux aime vraiment la laïcité ? Aucun.

On perd du temps à cautionner Zemmour à la télé au moment où des interventions de Greta Thunberg semblent gêner bien plus. On perd du temps à s’écharper sur le voile pour ne pas retirer celui qu’on tente de nous étendre sur les yeux, 1000 causes méritent plus notre attention.

La religion, c’est intime, des causes communes, il y en a, et des urgentes. La planète qui se réchauffe. Les femmes tuées sous les coups de leurs conjoints ou ex-conjoints depuis le début de l’année en France. Les pompiers qui manifestent et l’hôpital public en ruine, les agriculteurs qui se suicident, les enseignants à bout. Mais ça voyez-vous, ça n’est pas aussi intéressant et vendeur qu’un bon vieux débat sur l’immigration ou sur le voile. 


Arthur Guillaumot / Photo : Joel Saget / AFP

Laisser un commentaire