L’association l’Enfant Bleu infiltre Fortnite pour venir en aide aux enfants maltraités

2020, et une envie de nouer des collaborations de long terme avec des équipes indépendantes, jeunes et passionnées par la culture sous toutes ses formes. Cet article est publié dans le cadre d’une collaboration journalistique entre Première Pluie et Samouraï Coop, une société de production coopérative innovante et décentralisée que j’ai intégré en février dernier. Elle rassemble des profils variés et complémentaires autour de la réalisation de contenus audiovisuels, de médias innovants, et de créations originales. Chaque semaine, je publierai un article culturel spécial, à retrouver sur Samouraï News et sur Première Pluie.


En France, plus de 80% des violences faites aux enfants ont lieu au sein de la cellule familiale. Une statistique qui inquiète d’autant plus les associations de protection de l’enfance depuis le début du confinement : avec la quarantaine imposée, des enfants se retrouvent potentiellement enfermés avec leur agresseur, sans que personne ne puisse réagir.

Alors, pendant ces derniers mois confinés, l’association l’Enfant Bleu, qui vient en aide aux enfants et adolescents maltraités, a secrètement infiltré le jeu vidéo Fortnite pour piloter une opération inédite. Sous la forme d’un personnage unique et facilement identifiable, vêtu de bleu et nommé EnfantBleu, des bénévoles de l’association se sont relayés sur le jeu 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 pour venir en aide aux enfants dans le besoin.

“Si tu es victime de n’importe quelle forme de violence, ajoute le compte Epic EnfantBleu sur Fortnite pour discuter discrètement” – Émissaire EnfantBleu sur Fortnite.

47267597-37457910.jpg

En effet, il suffisait à l’enfant d’ajouter le personnage en ami lors d’une partie sur Fortnite, pour pouvoir entrer en relation avec l’association, via des appels ou un chat écrit afin de rester le plus discret possible. Pour l’association l’Enfant Bleu, c’était le moyen d’offrir aux enfants un espace de parole où ils pouvaient se confier sans que l’agresseur ne se rende compte que ce dernier donnait l’alerte. Et si l’on a pas entendu parler de cette mission, c’est qu’elle est restée secrète jusqu’à sa fin pour que le moins d’adultes soient au courant.

“C’est le bon canal, le bon vocabulaire pour qu’on soit clairement compris par les enfants qui en ont besoin, sans éveiller l’attention de ceux qui les maltraitent”, Fabrice Plazolles, de l’agence de communication Havas Sports & Entertainment, qui a co-piloté l’opération, pour l’AFP

5ee6147b220000cf2682a8d8

En France, selon SELL, 96 % des enfants de 10 à 17 ans jouent au moins une fois par an à un jeu vidéo, souvent considéré comme un refuge, et un enfant sur deux y joue tous les jours. C’était le moyen pour l’association de toucher le plus de jeunes possibles sans éveiller les soupçons des adultes enfermés avec eux. Une incroyable stratégie qui se révèle être un véritable succès car plus de 1200 enfants ont ajouté le personnage en ami en moins d’un mois.

Ce ne sont pas moins de 400 enfants qui ont finalement sauté le pas et contacté le personnage afin de soumettre leurs problèmes, leurs mal-êtres et les maltraitances dont ils sont parfois les victimes à des adultes compétents.

Une fois le problème exposé à l’association, les membres essayaient d’obtenir des informations sur le lieu de résidence de l’enfant et commençaient les procédures habituelles : échanger avec les enfants pour les rassurer et les guider, et alerter les services sociaux en cas de besoins.

“Les jeunes n’utilisent pas les mêmes médias que nous, les adultes. Nous devons nous adapter et trouver de nouvelles manières d’entrer en contact avec eux.” – Laure Morin, directrice de l’association

Une initiative vivement encouragée par des personnalités qui ont des publics jeunes.

“C’est important que ce soit l’association qui rentre dans l’univers de l’enfant, et que ce ne soit pas l’enfant qui doive faire des démarches, parce qu’il ne sait pas.” – Just Riadh, influenceur, pour Brut

Grâce à cette mission, de nombreux témoignages ont été enregistrés. Des résultats qui encouragent l’association à redoubler d’efforts pour imaginer de nouvelles méthodes de communication avec les enfants maltraités. Les jeux vidéos, longtemps critiqués par les adultes, pourraient alors devenir un nouveau moyen de protéger les enfants des dangers conjugaux.

violences-enfants-partenariat-fortnite-enfant-bleu


Pauline Gauer

Laisser un commentaire