Portrait : Peter, le symbole du Regent’s Canal, au nord de Londres


« Il est devenu le symbole de cet endroit. Tous les jours, je m’attends à le croiser à cet endroit du canal. Il y a quelque chose de touchant avec Peter, il aime ces oiseaux comme il aime les gens. »

Barbara témoigne, alors qu’elle promène son chien le long du Regent’s Canal, au Nord de Londres.

Du haut de ses 82 ans, Peter a depuis quelques mois choisi de changer ses habitudes. Tous les matins, il sort de chez lui avec un ou deux sacs plastiques remplis de pain sec et il se promène le long du canal jusqu’à son endroit préféré, un bout de chemin bétonné entre deux petits ponts, à côté de Camden Road.

L’homme du Regent’s Canal

Le Regent’s Canal s’étend sur plus de 8.6 miles, du Grand Union Canal aux London Docks. Donnant la sensation d’être en dehors de la capitale, c’est le repère des londoniens en quête de tranquillité et de nature. D’ici, Peter donne à manger aux oiseaux qui volent dans sa direction dans la minute. Parmi les nombreux pigeons qui s’entassent sur le pavé, les canards restent ses préférés. Finalement, c’est dans la paume de sa main qu’il les nourrit. Une routine qui l’apaise, lui permet d’échanger, de voir du monde. C’est comme si Peter avait trouvé sa place ici.

Je viens ici tous les jours depuis quelques mois maintenant. Dès l’instant où j’arrive, la plupart des oiseaux sont déjà là, comme s’ils m’attendaient. Lorsque je commence à marcher le long du canal, j’aime croiser tous ces animaux, en les nourrissant.”

se confie le retraité, en regardant les gens qui croisent notre chemin.

Ici, tu rencontres beaucoup de gens, surtout les jours comme celui-ci où il fait si beau. Les gens sur les bateaux me disent bonjour. Je dirais que cet endroit est devenu mon préféré aujourd’hui.”

Combattre la solitude

Avant d’être retraité, il travaillait dans des petits commerces et en tant que commercial dans des bureaux. Résidant aujourd’hui chez sa sœur, il tente de combattre cet isolement qui se trouve être un vrai problème chez les personnes âgées en Angleterre, en profitant de l’air frais du Regent’s Canal.

D’arès Age UK, plus de 1.4 million de personnes de plus de 75 ans en Angleterre vivent seuls en 2021. Et plus d’un million d’entre eux raconte vivre souvent plus d’un mois sans parler à un ami, un voisin ou un membre de leur famille. 

Une recherche publiée en 2018 par la UK Health Foundation révèle que les personnes âgées qui vivent seules sont 50% plus susceptibles de se rendre aux urgences que celles qui vivent avec quelqu’un d’autre. Au niveau de la santé mentale : la solitude augmente la dépression.

Lors de notre échange, je ressens son besoin de communiquer. Peter parle aux oiseaux de la manière la plus douce que j’ai pu entendre de ma vie. Il leur donnerait presque tous des noms s’il le pouvait. Avant et après notre rencontre, il était entouré de gens comme Barbara, qui prennent du plaisir à échanger avec lui sur la météo et les actualités du pays. Un véritable symbole du Regent’s Canal : demain, Peter y retournera. Et demain, les oiseaux l’attendront toujours.


Pauline Gauer

Laisser un commentaire