Élu meilleur objet du siècle coincé dans un bocal

Bonjour à tous et bienvenue à la meilleure table du restaurant des chroniques sur les objets du siècle. Cette phrase ne veut pas vraiment dire grand-chose mais tant pis, puisque nous avons du très lourd aujourd’hui, du très très long et du très très massif. Mesdames et messieurs nous allons parler de quelque chose d’actualité pour ceux qui vivent sur la planète football (quelle horrible expression), ou de quelque chose qui est mort depuis près de 100 ans pour les autres. Mesdames et Messieurs nous allons parler de quelque chose qui nous vient de Russie, mesdames et messieurs nous allons parler de quelque chose qui a fini dans un musée malgré sa nature prédisposée à vivre dans un slip et seulement dans un slip, mesdames et messieurs nous allons parler de : la bite à Raspoutine.

Bite à Raspoutine
Voilà la bite

Et oui ça fait bizarre, mais contrairement à vos bites et vos chattes quand vous serez morts, celle-ci est toujours dans un bocal rempli de Formol et de 31 centimètres de chaire fraiche (ou pas), exposé dans un musée (celui de l’Erotisme à Saint-Pétersbourg). Cette bite est sans conteste l’un des objets du siècle et elle est pour nous l’occasion de parler un peu de celui qui la maniait avec brio, Grigori Efimovitch Raspoutine, l’un des personnages historiques les plus mystérieux n’ayant jamais existé. Car oui, Raspoutine c’est une chanson de Boney M qui est géniale à danser dans Just Dance 2, mais c’est aussi un personnage influent de la cour tsariste avec des bails assez sombres qui tournent autour de lui, et dont l’assassinat assez spectaculaire a fait couler beaucoup d’encre. Mais je vais vous dire un truc : Il y avait des gens de ma famille dans le coup, nous en parlerons plus tard.

 

Son histoire commence en 1869 lorsqu’il nait dans un petit village de Sibérie. Il se barre assez vite pour se consacrer à la religion, l’errance et ce genre d’activités extra-scolaires. Il se forge assez vite une renommée en tant que Saint Homme et de guérisseur de gens et d’animaux. Il quitte la Sibérie en 1904 pour Saint-Petersbourg et séduit l’Académie de Théologie chez laquelle il a demandé l’hospitalité. Ils le font entrer dans la société de la capitale et le mec fait vite parler de lui. On dit qu’il est faiseur de miracles, mais aussi initiateur de débauches. Et là, mleh, un autre mec proche de la famille royale le recommande pour soigner le prince de la street, seul successeur de l’empereur Nicolas II de Russie et atteint d’Hémophilie, la maladie qui fait que si on saigne on peut crever comme lorsqu’on se prend un Sectum Sempra (bails de princes de sang mêlé). En 1907, Raspoutine fait donc son entrée à la cour et sauve le Prince de 3 ans d’une grave hémorragie avec plutôt pas mal de facilité. Il a donc la confiance de la tsarine (la meuf du tsar) qui le voit comme un sauveur et fait donc partie de la société très fermée de la cour, puisqu’il doit rester près du prince si jamais ce petit connard se coupe avec une feuille de papier.

Et c’est là que commence la belle vie de notre intéressé du jour, qui va (pardonnez moi l’expression) démonter un sacré paquet de minettes faisant partie de cette cour. En effet, les anecdotes sur sa vie sexuelle très très très épanouie ne manquent pas, et celle-ci commence avant même sa vie à la cour et à la ville en 1882, à ses 13 ans. Lui, les bains de vapeur de son village natal, une veuve qui passait par là… Voilà que Raspoupou se marie à ses 19 ans, il aimera sa femme mais en aimera aussi d’autres, et elle le savait mais ça n’avait pas l’air de la gêner tant que ça selon ses dires (« Il en a bien assez pour toutes ! »). Il a butiné pas mal de princesses ou de comtesses, si ce n’est la tsarine elle-même ? (Je ne suis pas sûr pour la tsarine, disons qu’il lui a juste fait la bise). La première raison de son succès était peut-être son regard envoutant, hypnotisant même à ce qu’on dit. Il pouvait même contracter et dilater volontairement ses pupilles, la classe pour un mec qui avait pourtant des cheveux et une barge longue et dégueulasse. Il y a aussi le fait que les Romanov (la famille royale) avaient une très grande estime pour lui, et puis bien sûr, sa grosse bite et ses performance assez incroyables à ce qu’on dit, le mec s’était fait une réputation. Il pouvait charbonner 10 cocottes de la cour par jour, et en plus de ça s’occuper de prostituées qu’il faisait venir dans les bains. Un sacré appétit, pour quelqu’un qui disait que pour se rapprocher de dieu, il fallait beaucoup pêcher.

 

220px-Grigori_Rasputin_1916
Voilà notre tombeur

Parlons avant notre objet du siècle en question, de l’assassinat de son fier propriétaire. Car oui ces rubriques parfois sont l’occasion pour vous de vous faire dispenser un petit cours d’histoire pas très académique mais ludique, profitez-en.

Raspoutine a une grosse biroute et baise vla les meufs t’as vu, mais ce n’est pas tout. Viennent s’ajouter au mysticisme qui entoure la bête son assassinat, et c’est pas de la daube. Nous sommes en 1914, la Russie prend partie dans ce gros merdier qu’est la guerre 14-18 et forcement quand vous entrez en guerre, il y a tension. C’est la guerre, encore la guerre, toujours la guerre, et Raspoupou est de plus en plus accusé de conspiration envers l’Empire. En effet, il a toujours une bonne influence sur l’empereur mais surtout sa femme et on l’accuse d’être germanophile, en gros il aimerait les allemands. On l’accuse donc d’être pour la paix, et donc pour une sortie de la Russie dans ce gros merdier de conflit. L’entourage des Romanov se met en tête de le zigouiller donc, mais c’est chaud. (J’ai oublié que vous dire que la tsarine est originaire d’Allemagne, le peuple russe en guerre contre-eux ne peut donc pas la blairer.)

Une première tentative se fait à la sortie d’une église où une prétendue mendiante (et ancienne pute) lui met un bon coup de shlass (couteau, en argo de la street). Raté. Merde.

29 décembre 1916. Deuxième tentative. Le prince loussopov et sa fine équipe mettent au point un petit plan à l’ancienne pour buter ce pauvre Raspoutine. Le prince faire genre de se lier d’amitié avec monsieur grosse bite pour gagner sa confiance. Ensuite, il se sert de son appétit sexuel pour l’attirer au palais de la Moïka où on veut le descendre, en lui faisant croire qu’une princesse l’y attend. Il s’y rend avec lui et y passe de la bonne musique en lui donnant des gâteaux et du vin tous deux empoisonnés en attendant l’arrivée de la princesse. La dose de cyanure aurait pu tuer un éléphant selon le toubib qui l’a préparé. Sauf qu’au bout de 2 heures le mec est normal et continue à boire, alors que le cyanure agit normalement très vite sur l’organisme. Le prince panique et va chercher un revolver de derrière les fagots puis tire dans le cœur de la bestiole. Il finit sur le sol, le visage convulsionné, et cesse de respirer. Ses collègues entendant le coup de feu imprévu et rappliquent, puis constatent qu’ils ont géré pepouse, et sortent de la pièce un moment pour parler de l’avenir de la Russie, de ce qu’ils viennent de faire, et peut être pour se fumer une clope qui sait. Le prince revient voir la dépouille et se penche sur le cadavre. Un œil s’ouvre, puis l’autre, et 20 secondes plus tard, il se fait étrangler par notre bon vieux Raspoutine qui a reprit du poil de la bête. Il parvient à se barrer pour appeler se potes qui rappliquent avec leurs guns mais notre sexe sur pattes est en train de se faire la malle, et réussit notamment à défoncer une porte fermée à clé. Il se prend plusieurs balles dont 3 en plaine gueule et s’effondre dans la neige. On le jette dans la Néva (en faisant un trou dedans parce qu’elle était gelée) et on retrouve son corps le lendemain en pratiquant une autopsie direct. On dit qu’on a retrouvé de l’eau dans ses poumons, et donc qu’il respirait toujours quand il s’est fait jeter à la flotte.

 

Dead_Rasputin
Et ben, il a bien morflé.

 

Que de mystère et de mythes autour de cet homme, dont celui selon lequel un mec de ma famille serait de la bande qui lui a fait la peau. Une vieille dame de ma famille m’a dit ça un jour et elle était pas du genre à savoir comment a été tué Raspoutine et pourtant elle connaissait cette histoire, alors moi je m’en fout je la crois.

Revenons en maintenant à notre bon gros calibre sur lequel était stratégiques placé un joli grain de beauté à sa base (son zizi). Pourquoi devrait-il être dans la course pour devenir l’objet du siècle ? Parce que.

 

Raspoupou
Allez salut et à la prochaine pour de nouvelles aventures ❤

 

 


Processed with VSCO with e6 preset

 

 

Romain Bouvier, expert en nuances de jaune

2 comments

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s