Soir défait – Tribune

Dans les tribunes, vous pourrez lire les interpellations, les interrogations de ceux qui sont nos proches ou pas, et qui vous parleront du monde, tel qu’il est.


Finale de la Cdm 2018, un rêve qu’on voulait partager ensemble, entre filles, pour être présente à un moment historique L’un des meilleurs moments de toute ma vie, c’était grandiose. Prendre le train à 12h, arriver à paris à 15, manger à 18 des sushis partiellement payés, bouger vers les quais à 20h, regarder le feu d’artifice du 14 juillet pour la première fois en 18 ans d’existence à 23h, rentrer à 1h.

Le lendemain, journée des plus inoubliables, incroyables, fantastiques, magiques. Nous nous sommes dirigées à la Fanzone à 12h30, on a attendu sous une chaleur extrême pendant 2h le temps d’y rentrer, se trouver une place sur le Champ de Mars pour regarder ce match historique, on a trouvé une place pile au milieu avec des gens vraiment cool et drôles autour ! La pression monte lors du chant national, les cœurs battent lors des premières minutes, le spectacle est incroyable et la cadre magique.

Sacrés CHAMPIONS DU MONDE !

Étant nées en 99, c’était une première pour nous. Les chants de victoire ont commencé, avec des gars supers. Puis nous nous sommes dirigés vers les Champs-Elysées en passant de boulevards en boulevards pour se retrouver sur cette avenue mythique où on a pu célébrer la victoire aux couleurs de la France.

La soif nous a dirigé au Trocadero en espérant que les pak-paks n’aient pas épuisés leur stock. Loupé. On a dévalisé un food-truck de boissons en tout genre. Pour la première fois de notre vie on se rendait compte en direct, pas à la télé, à quelle point la France était aussi colorée, accueillant plein de nationalités différentes, et qu’elle pouvait être unie. On a dansé, chanté, ris, enlacés plein de gens d’horizons différents. L’ambiance était tellement folle que le sol du Trocadéro bougeait.

Vers 23h, c’est là que les choses se gâtent, beaucoup d’hommes viennent nous accoster, toujours avec bienveillance, nous pensions. Certains demandent des photos avec nous (ce que nous n’arrivons toujours pas à comprendre), d’autres insistent pour qu’on les suive ou qu’on leur parle. On les esquive. Nous remarquons deux hommes qui nous suivent et nous accostent 4 fois, on fuit vers un grand groupe de supporters avec qui on fait la fête.

Les pogos arrivent, c’est génial. Sauf qu’on est des filles et que dans les pogos, il y a des gros pervers qui touchent les filles dans l’entrecuisse de manière tellement violente que s’il n’y avait pas de textile entre leurs mains et notre entrejambe, ces dernières pourraient y pénétrer. Des mecs se frottent à toi comme si tu n’étais qu’un simple objet, certains te prennent par les épaules, d’autre les hanches, et enfin d’autres qui te touchent le boule.

L’acte est tellement rapide que tu pousses cette main et que lorsque tu te retournes tu ne sais pas qui a commis cet acte. Le gars qui « organisait » la célébration nous a dit de nous défendre qu’il voyait bien ce qu’il se passait, que c’était toujours les mêmes et que la prochaine fois il les frapperait. Ces mots nous réconfortent et nous rassurent, la fête reprend. Une hola s’improvise ensuite, le simple fait de se baisser nous fait psychoter. À la fin de cette holà tout le monde se rentre dedans, les pervers reprennent du service, on se retourne et voient le mec qui est venu 4 fois nous accoster se frotter nous, des mecs nous touchent les seins et les fesses. S’en est trop, les nerfs lâchent, les pleurent arrivent sous le choc des actes. Jamais on pensait que ça puisse nous arriver.

On sort de la foule. Une dame vient de voir ce qui s’est passé, elle nous réconforte. Un homme vient à son tour, pour nous dire que c’est pas normal, qu’il faut qu’on fasse attention, qu’on devrait s’éloigner de la célébration parce que ça pourrait encore plus dégénérer. On lui rétorque qu’on en a conscience mais qu’on trouve ça fou que : parce que l’on est une fille on doit se limiter, être à l’écart, qu’on a pas le droit de faire la fête avec d’autres garçons honnêtes parce que d’autres ne respectent rien. Il nous répond : « je suis d’accord avec vous, c’est pas normal, mais c’est la société. »

Coup dur. On regarde la foule au loin en mourant d’envie d’y retourner, mais on ne peut pas parce que ça recommencerait. On apprend par ce même homme qu’il ne faut pas aller sur les Champs parce que des casseurs sont arrivés et que les CRS balancent des bombes lacrymos.

On est dépitées parce que ça devait être un moment de fête. On décide donc de rester sur le Trocadéro en face de la tour Eiffel vêtues des couleurs de le France. En 10/20 minutes, plein d’hommes nous accostent encore, en insistant alors qu’on leur dit qu’on ne veut pas leur parler. On décide de rentrer.

« Ouais mais aussi les filles elles cherchent trop, ça se voit qu’elles ont trop envie » Envie de quoi ? De se faire violer ?

Sur le chemin du retour, on voit que nous ne sommes pas les seules, d’autres filles sont mal, une explose même une canette devant nous pour faire comprendre au mec devant elle qu’elle ne plaisantait pas. En redescendant du Trocadéro j’entends un groupe de copains dire  » Ouais mais les filles aussi elles cherchent trop, ça se voit qu’elles ont trop envie ». Envie de quoi ? De se faire violer ?

Cette fête devait être une fête et ne devait surtout pas virer à une partie d’attouchements non consentis et d’insultes à gogo. La finale de la coupe du monde, la joie, la célébration commune n’excusent en rien le fait de retourner des voitures, casser des vitrines et toucher tout ce qui bouge. C’est dingue qu’en 2018, en France le pays des droits de l’homme, les femmes soient aussi vulnérables et puissent être humiliées ainsi, parce que c’est ce qu’on a été : humiliées.

Malgré cette fin de soirée nous ne regrettons en rien ce week-end magique où l’on a fait de supers rencontres et vu des choses qu’on ne verra sûrement plus jamais. Il nous a permis aussi de nous rendre compte qu’à nous aussi ça pouvait nous arriver, que ça n’arrive pas qu’aux autres, que certains hommes n’avaient aucun respect et d’autres qui étaient bienveillants et qui s’excusaient pour ce qui nous était arrivé.


Florentine Colliat et Romane Andriot


Nous admirons et saluons le courage de Florentine et Romane et soutenons la libération de la parole, la honte doit se reporter sur les coupables et non plus sur les victimes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s