Coup de pousse / Playlist #2

Avec Coup de pousse, on cueille les plus belles fleurs de la jeune scène pour vous les offrir, des talents bruts, trop peu entendus. Un recueil d’ambiances, de sonorités, de jeunesses et d’espoirs purs. Une playlist de jeunes pousses enthousiasmantes, par la rédaction de Première Pluie.


Goss – Loin de moi

Une pop très urbaine qui assume un flow efficace et des rythmes riches, le flow rap succède au chant et inversement. Chez Goss, on retient la curiosité, qui semble être la matière vive et l’étendard créatif du jeune belge, qui affute son style depuis quelques années maintenant et dont on se souvient du Give me 5 prod. Il semble avoir trouvé avec Loin de moi une formule idéale pour démontrer l’étendue de son univers. Le clip est par ailleurs très propre et confirme l’aboutissement du projet. 

La Première Pluie m’évoque Bruxelles et ma Belgique natale, avec sa scène qui ruisselle de jeunes talents. Ici, quelques gouttes suffisent pour deviner l’orage… La « drache », comme on dit!

Princesses – Girls Hate Girls

Petite bombe de remise en question des jalousies entre filles, appel à l’union et à l’harmonie, Girls Hate Girls est un morceau abouti sur plusieurs registres. Le son mêle vraie réflexion, variété de flow, et même une partie en anglais. Une pop urbaine, qui s’emmêle et se déploie, jusqu’à devenir entêtante chez ces deux jeunes femmes qui se sont rencontrées au court Florent. À la fois on ressent l’urgence de créer, qui fige sa part d’instantanéité et aussi on sent quand même la pression d’un travail minutieux et millimétré sur Girls Hate Girls. C’est bien écrit, bien arrangé, le clip est astucieux. La classe. Leur premier ep, Sale, est sorti début avril.

Uneima – Version

Uneima, c’est une pop aérienne, où les sonorités, très sobres, disent l’élégance absolue de l’univers créatif du jeune homme. La grande force du projet, c’est ce phrasé poétique, laconique, d’une beauté désabusée qui vient habiller les musicalités avec de très beaux textes. Uneima, c’est un état, un mood, celui où les moments qui marquent deviennent des chansons. Version sera sur le premier album d’Uneima, dont le premier single, L’étreinte, est également disponible.

Maddy Street – Cycle 

Cycle dit à elle-seule toute la richesse des inspirations et de la palette artistique de Maddy Street. Pour commencer le clip est un recueil précieux de créativité et d’inventivité artistique. La richesse est surtout musicale, avec la diversité et la curiosité des flows et des langues, c’est comme si chaque émotion avait sa solution artistique. Plein d’armes pour lutter contre la morosité, et se réinventer, Maddy street, très forte.

Naturo – Blessing Me 

On avait découvert Naturo avec Money, qui nous avait déjà tapé dans l’oeil et dans l’oreille. Blessing Me est l’aboutissement, on le sent, d’un vrai travail artistique, avec une direction prononcée et efficace. L’interprétation est soignée et force le respect, on ressent beaucoup d’aisance et de maitrise dans cette électro très urbaine au flow ovniesque et charismatique. C’est une vraie belle confirmation, toujours aussi bien produite et illustrée. 

Dimanche – Bleu Turquoise 

On avait entendu Dimanche pour la première fois dans le cadre des sélection du dernier Printemps de Bourges. Il y a toujours un sacré plateau à Lille ! Dimanche, c’est du beau, en un condensé de quelques minutes. Il y a quelque chose de très sensoriel aussi, pas étonnant que le duo se mette à l’asmr d’ailleurs c’est très pertinent!  C’est une pop pur qui se déploie sur Bleu Turquoise, légère, jamais dans le trop, toujours dans le beau comme on disait, dans le souple. Les paroles sont aussi très précieuses et flirtent parfaitement avec le rythme. L’autotune sur le refrain est très réussi. On est bien. 

Bast – Cocktail 

Depuis un bon moment, il fallait qu’on parle de ce petit bijou de Bast, de cette dose sacrée de mieux que le normal et plus vivant que l’habituel. Cocktail. Il y a quelque chose de très ricain des années 60, qui envoie sur des rythmes rocks rapides et sur un flow pop mondiale entrainant, et impossible à contenir. Bast est un Bob Dylan autour du monde, qui envoie la sauce sur des rythmes modernes, avec un visuel pop, qui renforce encore l’impression de puissance. La classe. 


La rédaction de Première Pluie / Coup de pousse, la playlist des découvertes de Première Pluie / #1 vendredi 8 mai 2020

Laisser un commentaire