Playlist de la semaine – 21 septembre

Lous and The Yakuza – Amigo

Le premier album de Lous and the Yakuza s’appelle Gore et il sortira le 16 octobre. C’est un événement important, pour la culture, comme on dit. Lous and the Yakuza invente des rythmes, des gestes, des sonorités. Vendredi, en parallèle de la sortie de sa collaboration avec Damso sur QALF, elle dévoilait Amigo. Nouvelle sensation, avec une proposition en constante réinvention. Et le clip ? Lous atteint un niveau rare, sur tous les plans. Sans faute. 

Enchantée Julia – Cinéma (feat Luidji)

Ambiance pop-corn et lunettes 3d dans la collaboration entre Enchantée Julia et Luidji, dont le clip vient de paraître. On pouvait difficilement rêver mieux. Surtout sur une prod de Oscar Emch et avec une apparition de Prince Waly. Casting impeccable. Issu du précédent ep Enchantée Julia, Boucle, paru l’année dernière, le morceau est un savant échange de répliques, où les deux univers se mêlent, à l’écran comme à la voix. C’est rare les morceaux qui explorent un thème précis, c’est beau aussi. Art raffiné de la narration. Chic. Enchantée Julia et Luidji méritent mieux qu’un César.

Makala – Hitman Go

Très peu de chance qu’on parle aussi bien de Makala que Makala lui-même. Mais il a raison quand il signale qu’il y a peu de chance de l’entendre deux fois avec le même flow. Ça s’explique par une curiosité rare à ce niveau, une écriture inventive, des techniques qui sentent les orages et surtout par une collaboration au sommet avec Varnish la Piscine. Makala, mettez vous ce nom dans le crâne, il est en train de changer le jeu.

La Femme – Paradigme

Dans cette époque musicale, prendre le temps d’inventer est un luxe, La Femme se permet d’être comme un courant artistique indépendant, d’évoluer en marge. C’est précieux, les collectifs, les groupes, où les univers s’inspirent. D’où l’idée du courant. Cette fois-ci, le groupe revient avec Paradigme, titre inspiré, très riche dans les sonorités, très dense. Il y a des couches de peintures, des degrés, qui sont des richesses. Nuances et regards, la classe.

Heuss L’enfoiré – L’ancien

C’est la dernière sortie d’un des plus grands musiciens de l’histoire française. Et rien que pour le nom du son il mérite la playlist. Heuss nous parle de l’ancien, comme ça peut le laisser paraitre. La recette c’est la même, il est injouable, il nous parle on écoute et puis c’est tout. « J’suis disque d’or, ballon d’or, République Tchèque ».

Alonzo – Fais le job

Son sorti il y a 4 ans, une claque toujours et encore. Le seul Alonzo qu’on aime, celui de Finis les, qui transcende à chaque punch. Le refrain tape dans la tête pendant 5 jours et si vous transpirez fort c’est normal. En cas de coup de mou y’a pas meilleur remède. Relève toi et fais le job quoi.

Gaël Faye – Pemmican (feat La fine équipe)

En juin dernier sortait la dernière merveille de Gaël Faye et La Fine Équipe, un groupe français de musique électronique et rap : ‘Pemmican’. La plume de l’artiste franco-rwandais glisse sur une musique organique, qui raconte les espoirs d’un nouveau monde, celui d’après, et la disparition du précédent. Et les mots forts et puissants de Gaël Faye, qui rappe sans que l’on ne puisse l’arrêter. On en profite pour vous parler de ‘Lundi Méchant’, le prochain album de Gaël Faye qui sortira le 6 novembre, et de ‘Petit Pays’, son nouveau chef-d’œuvre au cinéma qui brûle, qui heurte et qui émeut. A voir absolument. 

Balthazar – Decency

En 2015, le groupe Balthazar publiait son album ‘Thin Walls’, une œuvre née d’une tournée musicale sans intimité, que le chanteur de Balthazar, Maarten Devoldere, semble avoir créée différemment. En tournée, on fait tout pour toi et tu bois beaucoup trop. Quand tu écris avec la gueule de bois, tu écris différemment.” – Maarten Devoldere. Dans ce troisième album, c’est le titre ‘Decency’ que l’on remarque. La langueur et la nonchalance de la voix sur une musique post rock aux allures de Arctic Monkeys. Un univers étrange, à la fois réconfortant et dérangeant, qui berce nos corps pendant près de quatre minutes.

Damso – 911

QALF est sorti, et si les théories d’un double album fusent dans les airs, je préfère apprécier ce qu’on me donne. Et ce que Damso donne avec QALF c’est un album d’une humanité folle, un album risqué et profondément beau. Un album avec des sonorités très variées, des jolies histoires, de la bienveillance et de l’âme. Un album varié qui abrite en son sein une chanson d’amour pur, 911. Le chant et le flow sont parfaits pour cette jolie prod absolument pas caractéristique du genre. Envie de manger une granita au soleil en transformant chaque simple pas en pas de danse fluide et frais.

Remi Wolf – Woo! (Porches Remix)

Cette chanson est riche, le remix aussi et j’ai peu de mot pour la décrire. Le rythme me touche mais aussi les parties vocales et la voix cassée de la chanteuse. Les variations de rythmes et les carillons en arrière plan pour 3min06 intenses. Le genre de chansons pour lesquelles on devrait acheter de bons écouteurs.

Suzanne Ciani – The first wave – Birth of Venus

L’intro d’un album concept de musique électronique qui date de 1982, Seven Waves. Comme une expérience sensorielle, le projet entier est parfait à écouter en toile de fond en travaillant, ou juste pour s’évader un peu. La cote de Suzanne Ciani est montée avec le temps et elle inspire de plus en plus, cette pianiste de formation est maintenant considérée comme une pionnière de la musique électronique. Ce sont 40 minutes et 7 vagues aux différentes saveurs qui vous attendent, ne nous remerciez pas !

Claude Debussy – Clair de Lune

Clair de Lune est l’un des plus beaux joyaux de la musique classique, et de son compositeur Claude Debussy lorsqu’il la met au point en 1905. Bien sûr très utilisée au cinéma, on en connaît presque tous déjà l’air. Elle évoque beaucoup de choses à l’écoute, un sentiment complexe bordé de joie et de tristesse.

Notre playlist est écoutable sur Spotify, directement ici, abonnez-vous pour gagner en bonheur :


Vive la musique

Laisser un commentaire