Pourquoi la forêt amazonienne part-elle en fumée ?

Ces jours-ci, on entend beaucoup parler des graves incendies qui touchent la forêt amazonienne en ce moment, et qui ne sont à priori pas près de s’arrêter. Ils meurtrissent tous les ans le « poumon vert » de la planète pendant la période sèche dans la région, qui dure de mai à octobre. Cet été pourtant, ces incendies laissent dans la bouche un goût de cendre plus prononcé que jamais, puisqu’ils sont seront peut être sans précédent et que la cause en est clairement identifiée : l’élection fin 2018 d’un nouveau président à la tête du Brésil, Jair Bolsonaro. On vous explique ici toute la dimension critique de la situation actuelle pour l’écosystème le plus riche du monde.

Le contexte politique

Tout commence le 28 octobre 2018, lorsqu’est élu à la tête du Brésil Jair Bolsonaro, candidat d’extrême droite ouvertement climato-sceptique, sexiste, homophobe et raciste. Son élection tient pour une bonne partie au fait qu’il promet de déclarer la guerre à la corruption s’il se fait élire, alors qu’elle gangrène le pays et ses dirigeants au point de provoquer un ras-le-bol général de la population. Il fait d’ailleurs de nombreuses autres promesses de campagne en rapport à l’environnement, nous vous avons listé ici les plus importantes :

  • Mettre fin à de nombreuses normes de régulation, jugées comme un frein au développement du pays. Il veut aussi brider les agences publiques environnementales, rendre leur action impossible pour avoir le contrôle des aires protégées comme la forêt amazonienne.
  • Fusionner les ministères de l’agriculture et de l’environnement (ce qui revient à mettre l’environnement au service de l’agrobusiness, qui souhaite une augmentation des surfaces agricoles dans le pays, au détriment de la forêt).
  • Une sérieuse remise en cause des droits des populations indigènes, dont les territoires représentent 13% de la surface totale du pays, et qu’il juge comme un frein à sa croissance.
  • Menacer la communauté internationale de sortir de l’accord de Paris sur le climat si on lui faisait pression pour qu’il accepte le projet du « triple A » (Un couloir écologique transnational de 136 millions d’hectares destinés à préserver espaces naturels et réserves indiennes, dont l’initiative était soutenue par Juan Manuel Santos, l’ancien président colombien).

Et ses promesses, il les tient autant que possible. Dès son premier jour, il a donné au ministère de l’agriculture le contrôle et le pouvoir de démarcation des terres indigènes, même s’il n’a pas pu le fusionner avec celui de l’environnement, en raison du tollé que cette annonce avait provoqué. Les indigènes sont dépossédés de leurs terres et leur habitat est détruit, c’est pour cela qu’il y a une semaine, environ 3.000 femmes membres de tribus autochtones de tout le Brésil manifestaient à Brasilia, pour dénoncer la « politique génocidaire » du président d’extrême droite.

Le peuple brésilien l’a élu malgré ses revendications, eux-mêmes se révèlent donc à priori assez peu sensibles au sort de l’écosystème le plus riche au monde, l’Amazonie. Car pour le gouvernement de ce pays-continent loin d’être riche, la conservation de cet écosystème passe clairement après l’attrait économique que promet son exploitation à outrance.

La situation actuelle en Amazonie

La forêt amazonienne est donc actuellement touchée par des incendies qui seront peut être des plus ravageurs de son histoire, « peut être », car on ne sait toujours pas jusqu’à quand ils vont sévir. Tout cela arrive 10 mois après l’élection de Jair Bolsonaro à la tête du pays qui héberge 60% de la superficie totale de la célèbre forêt. La guerre qu’il mène contre la conservation de cet écosystème porte ses fruits, et son action au pouvoir est une des causes directes du drame qui est en train de se produire. Autour de 73 000 départs de feu entre juillet et août 2019 contre moins de 40 000 à la même période en 2018. Bolsonaro nie ces chiffres. Des responsables de l’institut national de recherche spatiale  brésilien (INPE) ont révélé qu’en juillet 2019, la déforestation de la forêt amazonienne (2254 km carrés) avait été 4 fois supérieure à celle de juillet 2018 (596,6 km carrés). Bolsonaro les a accusé de mentir puis a limogé son directeur, qui « fournissait des chiffres mensongers pour faire le jeu des ONG ».

L’accélération de la déforestation qu’il est en train de mener là-bas a un impact sur l’humidité de toute la région, et donc sur sa résistance aux incendies. Ceux-ci sont aussi provoqués par la méthode de défrichement par brûlis, pour nettoyer les zones déjà déforestées ou tout simplement pour déforester. Cette pratique est censée être interdite durant la saison sèche mais elle reste très utilisée, et les contrôles pour le respect des normes de déforestation sont volontairement trop laxistes. Les incendies qui la ravagent durent depuis 3 semaines déjà, et l’équivalent de 3 terrains de foot partiraient en fumée chaque minute. Tous les effectifs secouristes et les avions anti incendies sont en action, mais tant qu’il ne pleut pas assez massivement et plusieurs jours d’affilé, il semble impossible de maîtriser les flammes.

Hier, le ciel de São Paulo s’est noircit de fumée pendant plus d’une heure, en pleine journée. La ville est pourtant à plus de 3 000 km des incendies qui ravagent les états d’Amazonas et Rondonia (soit 2 fois la taille de la France).

01
São Paulo le 19 août 2019, environ 15h heure locale. La photo n’est pas en noir et blanc.

La forêt amazonienne est en péril et Jair Bolsonaro, le « Trump Tropical », la tient en otage. Les réactions des autres pays se font attendre, à l’heure où la Norvège et l’Allemagne ont décidé de stopper leurs investissements vers le Brésil pour la sauvegarde de cet écosystème. 30 millions d’euros auraient été donnés cette année par la Norvège, contre 35 pour l’Allemagne. Effectivement, financer un Brésil dirigé par quelqu’un qui ne voit en cette forêt tropicale qu’un obstacle à la croissance n’a pas de sens.

Le réchauffement climatique est aussi l’une des causes de cet incendie de grande ampleur, en provoquant sécheresse, et trop faible humidité nocturne. Pour des gens comme Bolsonaro, le réchauffement climatique, ça n’existe pas, impossible donc de le pointer du doigt pour dégager sa responsabilité. Il a récemment accusé les ONG d’avoir mit le feu eux-même à la forêt tropicale pour attirer l’attention sur l’arrêt des subventions accordées à sa conservation.

A elle seule, la forêt amazonienne capte 14% des émissions de CO2 mondiales. Ces incendies, s’ils continuent à durer, pourraient bien avoir un réel impact sur le monde entier. Monsanto, Syngenta, Unilever, Nestlé, Bunge, Danone, Cargill, Bayer, Doux… Ces entreprises (qui font partie de l’agrobusiness et orientent les choix politiques) sont parmi d’autres les responsables de ces incendies destructeurs et du meurtre à long terme de la faune et la flore amazonienne. Tant que nous continuerons d’acheter leurs produits, nous le seront aussi.


Romain Bouvier

Laisser un commentaire