Le monde est à nous – Edito

C’est l’heure de notre génération. C’est important de parler de génération. Génération 2ème étoile sur le maillot. Génération de partout. Génération qui se débrouille de la vie en s’appropriant des codes, en apprenant au contact, génération autodidacte. Nous avons tout pour faire un monde, de nos mains.

Regardez l’air pas appétissant de ce qu’on nous propose. Regardez des types en costumes ternes nous dire que l’écologie ils en ont rien à foutre, puisqu’ils seront morts bientôt. Regardez l’allure fière de ceux qui scellent le sort d’espèces animales quelque part sur le globe. Regardez la mine pas défaite de celui qui signe des licenciements, regardez la gaule des actionnaires, regardez comment marche le monde dans lequel on nous a posé, dans lequel on nous fait vivre. Regardez la gueule, le museau de ceux qui ont l’idée lumineuse de nettoyer la banlieue au karcher. Qu’ils aillent se faire enculer.

Génération remettre des particules d’humanité dans les carcasses. 

On aura pas de retraites. Partons de ce principe pour ne pas être déçus en chemin. Nous allons devoir travailler comme des brutes, dans des systèmes de brutes. Tapiner comme jamais parce que le travail se fait rare, et que si nous tombons, notre modèle de remplacement est prêt. Attendre des vacances toute l’année, se branler en pensant aux vacances, manger des plats à demi-surgelés et s’exciter mollement sur des perspectives pas du tout bandantes.

Génération on veut pas de ça. On a vu nos parents esclaves de ce mode de fonctionnement.

Je connais, tu connais ou tu es toi-même, on connaît tous des tas de gens qui se bougent, qui rêvent, qui entreprennent, qui pensent le modèle de demain en fait. Mais à qui on donne pas la parole parce que le monde d’hier a trop de porte-paroles, trop de gardiens.

Le monde est à nous. C’est une nécessité, une responsabilité que l’on se doit de prendre mais qu’il est plus urgent encore de nous accorder.

Pensez, imaginez, croyez, foncez, dites, faites, allez, envoyez, cassez, figurez et plein d’autres verbes à l’impératif.

Nous ici, on donnera toujours de l’importance à celles et ceux qui s’approprient le monde pour en faire quelque chose de mieux, surtout si ça passe par des chemins de traverse, des chemins à inventer.

Génération seul contre tous mais on va le faire à quelques-uns contre des milliers comme dans les Thermopyles. Génération Sisyphe. Génération nan nan. Génération on prend ce qui nous revient de droit pour en faire quelque chose de travers, qui marchera mieux. Génération beat, désabusée, mais qui tient debout à la 17ème reprise de ce match de boxe pour l’emporter brillamment. Génération j’aime ce que je fais vu que je fais ce que j’aime. Génération, vivez.


Arthur – Edito 

Processed with VSCO with e6 preset

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s